Archives quotidiennes :

**** « Aux armes zécolos » d’Hervé Jaouen

Les circonstances immédiates modifient notre planète sans tenir compte des conséquences et des  circonstances futures.

Hervé Jaouen est un de ces écrivains chantres de la Bretagne bretonnante. Parfois sérieux comme dans « Les Sœurs Gwenan » Il peut aussi utiliser  la dérision et l’ironie qui sont les deux tétines qui nourrissent l’humour, comme dans ce nouveau roman paru la même année.

L’héroïne Bleunween (bleun =fleur + gwenn =  blanche*) est une jeune parisienne aux origines nettement armoricaines, comme son prénom l’indique. Ce prénom qu’on l’oblige à toujours épeler car  même en Bretagne on peut l’écrire et le prononcer de manières différentes. Elle décide de passer une année auprès de ses grands-parents, Mémé et Pépé ou encore Lulu et Cricri.
*Ma première leçon  de breton.

Son pépé est en train de perdre la tête car la pollution a fait disparaître sa pêche favorite, celle des saumons,  qui ont déserté l’Aulne*  après  le creusement du canal débuté en 1811qui relie Nantes à Brest et dont l’entretien  a été abandonné quand son utilité est devenue inexistante.
*Fleuve côtier de 144 km, depuis la commune de Louhec dans les Côtes d’Armor jusqu’à la rade de Brest.

Pamphlet virulent sur  les  décisions de l’État qui dénature le territoire pour des raisons politiques au détriment de la nature et de l’écologie,  Jaouen s’attaque aussi aux publicités particulières qui démontrent que connerie et appât du gain sont les deux moteurs  de ceux qui n »hésitent pas à  vanter et à vendre aux retraités les contrats de dépendance, l’épargne obsèques, les promos sur les béquilles et sur les couches-culottes garanties sans fuite.

Il s’attaque aussi à la désertification des campagnes causée par le manque d’emplois et sauvées par les grands-bretons qui reviennent acheter des bicoques en ruine pour les retaper en pimpants cottages, ce que les autochtones sont incapables de faire faute de deniers ducaux bretons.

Je me suis régalé…mon côté anar certainement ! J’ai trouvé cette Bleunween profondément attachante dans cette amour qu’elle porte à ses grands-parents qu’elle connaissait finalement très peu et dans sa volonté pour trouver des solutions pour faire remonter  les saumons, et sauver son pépé…ça c’est mon côté romantique.

PS: Hervé Jaouen, qui était, pour moi, un auteur inconnu il y a 2 ou 3 ans a fait paraître, depuis 1979, plus d’une centaine d’œuvres…nouvelles, romans,  littérature jeunesse et polars sans oublier une dizaine de récits de voyage. 

Aux armes zécolos, Hervé Jaouen, Diabase, 2010, 160 pages, Roman
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

 Le bémol du Papou : Une histoire un peu fleur bleue et une fin qui se devine mais…vous ai-je dit que j’avais aimé…ça c’est mon côté d’éternel ado.