*** « 06h41 » de Jean-Philippe Blondel

6h41-coverJ’avais des doutes. Un court voyage en train. Une rencontre improbable.

J’ai lu le premier chapitre, pour voir. J’ai vu !

Je l’ai fini en une journée.

Et pourtant, dans ce train de 06h41 entre Troyes et Paris, rien ne se passe sinon une visite aux toilettes, un frôlement de genoux et un papier qui tombe.

Cécile, 47 ans, femme d’affaire vient de passer un week-end de merde chez ses parents qui vieillissent mal et retourne vers son entreprise et sa famille*.
*L’ordre n’est pas anodin.

Philippe, vendeur d’appareils dans une grande surface, se rend au chevet de son meilleur ami qui se meurt du cancer.

À vint ans, ils ont eu une brève liaison qui s’est mal terminée lors d’une escapade à Londres. Ils se retrouvent assis côte à côte et font semblant de ne pas se connaitre.

Ce voyage va leur permettre de repenser, chacun de leur côté, à leur jeunesse, à leur liaison, à leurs vies actuelles.
Ils se sont aimés, brièvement.
Ils se sont mariés, chacun de leur côté.
Il vient de divorcer.
Elle ne vit plus que pour sa société.
Ils ont eu des enfants qui s’éloignent* petit à petit.
*Ce qui est le rôle des enfants devenus adultes.

Il a agit en salaud et le regrette. Elle a réagit en femme bafouée (elle a toujours refusé de retourner à Londres) et ne le regrette pas.

Avant, Il était jeune, beau, gai et pas très sérieux. Maintenant, il perd ses cheveux, a pris du ventre et sa gaieté a disparu dans la morosité du traintrain quotidien.

Avant, Elle était jeune et plutôt quelconque de physique et de personnalité. Maintenant, Elle présente bien, a pris de l’assurance pour ne plus être celle qu’on rejette et gère ses établissements de vente de produits naturels. Ce qui s’est passé à Londres  à modifier sa personnalité et lui a donné, quelques années plus tard, l’idée de sa société.

C’est une histoire sur l’évolution des personnalités, sur les revirements que provoque l’aile de Dumbo*, sur le temps qui passe, sur les regrets…sur la vie.
*La théorie de l’aile du papillon est connue. Imaginez si c’est celle d’un éléphant !

Je ne connaissais pas Blondel.
Réussir à intéresser le voyageur littéraire avec une histoire aussi psalmodique que le bruit du train  prouve un grand talent dans l’écriture, dans la psychologie des personnages et dans celle ses lecteurs.
Je reviendrai.

Le joli texte de YueYin est .

06h41 de Jean-Philippe Blondel, Buchet Chastel, 2013, 240 pages, roman.
*ouais ** bon *** très bon **** j’aime

Le bémol du Papou : Je continue à penser qu’il faut se parler.

Be Sociable, Share!

8 réflexions au sujet de « *** « 06h41 » de Jean-Philippe Blondel »

  1. ALaure

    j’adore cet auteur… Et ce roman reste pour moi un très bon souvenir de lecture !! 🙂
    Je suis contente qu’il t’ait plu à toi aussi.
    Si tu en veux d’autres de cet auteur, tu sais à qui demander !! 😀 😀

    Répondre
  2. Tina

    J’aime beaucoup Blondel et notamment celui-ci. Tu devrais essayer « Accès direct à la Plage » et « Le baby-sitter ». Ils sont très bons aussi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *